CANAL CERVICAL ETROIT

  • DEFINITION ET CAUSE


    Le canal cervical étroit correspond à un rétrécissement progressif du canal par lequel passe la moelle épinière, au niveau du cou. Ce rétrécissement, ou sténose, est la conséquence à la fois de l'usure des disques (discopathie), de hernies discales souvent multiples et de l'arthrose de la colonne vertébrale. Les tissus et ligaments vont s'affaisser, puis bomber dans le canal, les articulations entre les vertèbres vont se déformer et s'élargir (ostéophyte ou bec de perroquet).



  • évolution


    La moelle va s'adapter à ce rétrécissement pendant toute la première période de cette maladie, qui peut rester totalement silencieuse pendant des années. Dans un premier temps, c'est le liquide céphalo-rachidien, dans lequel baigne la moelle, qui va disparaitre au niveau des zones compressives. Puis, l'atteinte de la moelle (myélopathie) va se manifester par des pertes de force ou de sensibilité dans les membres (bras ou jambes). Les douleurs ne sont pas systématiquement associées. Au stade ultime, ou lorsqu'un traumatisme s'y associe, une paralysie complète peut survenir.



  • possibilités de traitement


    A l'heure actuelle, il n'existe aucun traitement pour empêcher la dégénérescence des disques ou l'apparition de l'arthrose de la colonne vertébrale, ni même pour ralentir leur évolution ; Il n'y a donc aucun traitement à mettre en place tant que la personne ne souffre pas de son canal cervical étroit. Toutefois, la découverte d'une telle anomalie doit faire prendre l'avis d'un chirurgien vertébral, pour en apprécier les risques et organiser un suivi. En cas d'apparition brutale d'anesthésie ou de faiblesse musculaire, l'avis chirurgical doit même être demandé en urgence. Si de simples douleurs apparaissent, un traitement médical peut être mis en place. Il va associer les médicaments antalgiques et anti-inflammatoires et parfois des massages ou des infiltrations. Le but de ce traitement est de calmer l'inflammation autour des racines nerveuses comprimées et d'attendre une possible résolution de la crise. La tendance générale est tout de même à l'aggravation progressive, souvent sur plusieurs années. En fonction de l'évolution, le médecin et le patient vont se faire une idée sur l'efficacité de ce traitement et prendre un avis chirurgical si ce n'est pas le cas.



  • principe du traitement chirurgical


    Si l'évolution n'est pas bonne, le chirurgien, en fonction de la gravité des symptômes présentés par le patient, de la durée d'évolution et de la sévérité du canal cervical étroit, va se prononcer sur la nécessité ou non de recourir à une chirurgie pour décomprimer la moelle et les racines nerveuses souffrantes. Le type de chirurgie est déterminé au cas par cas, et peut être réalisé soit par la partie avant du cou, pour l'ablation des hernies et le remplacement des disques, soit par l'arrière, pour retirer une portion de la partie arrière de la vertèbre (laminectomie). Parfois deux interventions successives sont nécessaires pour obtenir une libération complète de la moelle épinière.



  • Temps d'hospitalisation moyen


    3 à 12 jours, selon qu'une ou deux interventions soient nécessaires (il s'agit des durées les plus souvent constatées).



  • Temps de convalescence


    Une période de convalescence est indispensable, au minimum pendant les 6 semaines qui suivent la chirurgie. En fonction de la sévérité des symptômes avant l'intervention et du type de chirurgie réalisée, cette période pourra se prolonger. Le port de la minerve ou du corset peut s'étendre sur 4 à 12 semaines. La convalescence n'est pas synonyme de repos au lit. Les efforts, le port de charges, les trajets automobiles devront être limités pendant cette période. La marche à pied est souvent profitable. La récidive douloureuse pendant la convalescence est souvent la conséquence d'une surcharge d'activité et aura tendance à disparaître au repos.