CANAL CERVICAL ETROIT

  • EN SAVOIR+



    A lire : Seul un praticien expérimenté peut poser un diagnostic précis en pathologie vertébrale. Le rôle du praticien est de déterminer le caractère pathologique ou non d'une anomalie discale ou vertébrale découverte sur un examen d'imagerie. Il devra alors en préciser le risque et le potentiel évolutif, élément capital dans la décision thérapeutique. Enfin, son diagnostic permettra d'identifier parmi ces anomalies, celles qui ne sont pas responsables de symptomes, qui ne sont pas porteurs de risques et qui ne nécessiteront donc pas de traitement particulier.

    • SYMPTOMES

    Le canal cervical étroit associe souvent les symptômes d'une compression des racines nerveuses qui vont se diriger vers les bras et d'une compression de la moelle épinière. L'atteinte des racines se manifeste par des douleurs (névralgies cervico-brachiales) soit sourdes, à type de pression ou de crampes, soit électriques, à type de décharges ou de fourmillements, dans tout ou partie du bras (trapèze, épaule, main). L'atteinte de la moelle est plus grave et peut entraîner soit des pertes de tonus dans les jambes responsables de chutes, soit de véritables paralysie. Les douleurs au niveau du cou ne sont pas systématiques.


    • LES EXAMENS

    Le canal cervical étroit se diagnostique très bien sur un scanner du rachis cervical, mais seule l'IRM va pouvoir préciser l'importance de la compression de la moelle et l'apparition ou non de lésion sur celle-ci (hypersignal). En cas d'atteinte nerveuse, l'Electromyogramme et les Potentiels Evoqués vont permettre de préciser l'origine des symptômes et la sévérité de l'atteinte.


    • LA CHIRURGIE

    La chirurgie : Dans la décision de pratiquer une chirurgie du canal cervical étroit, l'évaluation des bénéfices et des risques est primordiale. La chirurgie sera d'autant plus délicate que les premiers symptômes de paralysie sont déjà apparus. A ce stade, il existe des risques à ne pas opérer et laisser une lésion définitive s'installer et des risques à opérer une moelle épinière dans un état de grande fragilité. La décision de traitement se prendra toujours avec la pleine compréhension des enjeux du traitement, par le patient et son médecin traitant. Deux exemples de chirurgie du canal cervical étroit :

    - Chirurgie d'ablation de hernie et de remplacement discal par la partie avant du cou
    - Chirurgie de laminectomie vertébrale par la partie arrière du cou


    • CONSEILS POST-OPERATOIRES

    A la clinique : Le premier lever se fait en général le deuxième jour suivant l'intervention, avec une simple minerve la plupart du temps. Dans les chirurgies plus complexes, une immobilisation plus rigide du cou, pourra être nécessaire. Le kinésithérapeute vous apprend et contrôle les gestes que vous aurez à effectuer pendant toute votre convalescence : la manière de se lever, se coucher, se baisser, ramasser des objets au sol, faire sa toilette. Durant votre séjour à la clinique, vous retrouverez une certaine autonomie pour ces gestes de la vie quotidienne. Le retour à domicile se fait le plus souvent en ambulance. Les prescriptions de soins de pansement, de médicaments antalgiques et d'arrêt maladie jusqu'à la consultation de contrôle vous seront délivrés à la sortie.

    Un chirurgien du CCV Montpellier est systématiquement de garde et joignable en cas d’urgence 24h/24. Pour le joindre cliquez ici