LA HERNIE DISCALE

  • DEFINITION ET CAUSE


    On parle de hernie discale lorsqu'un fragment de disque intervertébral est expulsé en dehors du disque. L'extériorisation de ce fragment se fait à travers une ou plusieurs fissures du disque et ne peut donc pas survenir sur un disque parfaitement sain.
    La hernie est différente de la protrusion discale qui correspond à un bombement du disque, qui se fait progressivement, au fur et à mesure que le disque s'affaisse.
    Fissure, hernie et protrusion discale sont toutes trois des conséquences de la discopathie ou maladie dégénérative du disque qui est très répandue dans la population, ce qui explique le nombre très important de personnes porteuses d'une hernie discale.



  • évolution


    Avoir une hernie discale n'est pas forcément grave, ni douloureux. On découvre assez fréquemment des hernies discales chez des personnes qui ne se plaignent pas du dos. La hernie discale devient douloureuse lorsqu'elle vient comprimer une racine nerveuse, située juste en arrière du disque dans la colonne vertébrale.
    L'évolution peut se faire naturellement vers la disparition des symptômes, même si la hernie, elle, ne disparaît pas le plus souvent. L'évolution peut aussi se faire vers l'aggravation des douleurs et parfois même se compliquer d'une paralysie.
    Enfin, l'évolution chez un grand nombre de patients va être cyclique, en alternant des périodes de douleurs et de rémission.



  • possibilités de traitement


    En l'absence de paralysie ou de problèmes urinaires, il n'y a jamais d'urgence à opérer une hernie discale. Le traitement médical à mettre en place va alors associer le repos, qui est l'élément capital, les médicaments antalgiques et anti-inflammatoires et parfois des massages ou des infiltrations.
    Le but de ce traitement est de calmer l'inflammation autour de la racine nerveuse comprimée et d'attendre une possible guérison naturelle des symptômes. Après quelques semaines d'évolution, le médecin et le patient vont se faire une idée sur l'efficacité de ce traitement et sur les chances de survenue d'une guérison spontanée de la crise.



  • principe du traitement chirurgical


    Si l'évolution n'est pas bonne, le chirurgien, en fonction de la gravité des symptômes présentés par le patient, de la durée d'évolution et de la morphologie de la hernie discale, va se prononcer sur la nécessité ou non de recourir à une chirurgie pour décomprimer la racine nerveuse souffrante, en retirant la hernie.
    Le plus souvent une simple ablation du fragment de disque exclu sous microchirurgie suffira. Dans les cas de récidive de hernie ou de hernie survenant sur un disque dont l'état d'usure est déjà très évolué, c'est le disque dans sa totalité qui devra être retiré et remplacé par un implant.
    Dans ce cas, les patients ont en général des antécédents de mal de dos, de lumbago ou de crises de sciatiques à répétitions.



  • Temps d'hospitalisation moyen


    2 à 4 jours (il s'agit des durées les plus souvent constatées).



  • Temps de convalescence


    Une période de convalescence est indispensable pendant les 4 à 6 semaines qui suivent la chirurgie. En fonction de la sévérité des symptômes avant l'intervention cette période pourra se prolonger.
    La convalescence n'est pas synonyme de repos au lit. Les efforts, le port de charges, les trajets automobiles devront être limités pendant cette période. La marche à pied est souvent profitable. La récidive douloureuse pendant la convalescence est souvent la conséquence d'une surcharge d'activité et aura tendance à disparaître au repos.